Passer au contenu

Votre panier

Votre panier est vide pour le moment

BONS PLANS

DIAGNOSTIC

QUIZ VIBRO

RÈGLES

MATERNITÉ

PLAISIR

Gapianne, article la dépression pendant les règles : tout ce qu'il faut savoir
Bien être

Je me sens déprimée : est-ce à cause de mes règles ?

Parmi les différents symptômes liés à l’arrivée proche et aux règles, on retrouve une palette de fluctuations de l’humeur, de l’irritabilité à l’anxiété en passant par des épisodes dépressifs. Nice, n’est-ce pas ? Si vous vous sentez déprimée à quelques jours de vos règles ou durant ces dernières, il est tout à fait possible que les responsables en soient vos règles ! En quoi une baisse de moral est-elle un symptôme du SPM, quels sont les facteurs qui augmentent cette baisse de moral au moment de vos règles et que faire en cas de déprime liée à vos règles : on en parle !

Oui, la baisse de moral est un symptôme du SPM

La baisse de moral fait partie des symptômes que vous pouvez ressentir dans les jours précédents l’arrivée de vos règles ou pendant vos règles.

Rappelez-moi ce qu’est le SPM !

Le syndrôme prémenstruel (SPM en français ou premenstrual syndrom (PMS) en anglais) est le nom donné à l’ensemble des symptômes liés à la survenue des règles chez les personnes menstruées.

Selon les cycles de ces dernières, le SPM peut commencer un à deux jours avant les règles jusqu’à juste après l’ovulation, durant la phase lutéale du cycle menstruel, soit 14 jours avant les règles, et dure généralement jusqu’aux premiers jours des règles. 20 à 40% des personnes menstruées souffriraient du SPM (1) mais d’autres études parlent de 90% des femmes touchées (2) (oui, les chiffres sont loin d’être précis car le sujet est encore assez peu étudié !).

Le SPM regroupe de nombreux symptômes, physiques et psychiques :

  • Symptômes physiques du SPM : crampes menstruelles, sensibilité et douleurs à la poitrine, migraines cataméniales, douleurs aux jambes, acné hormonal, troubles du transit / ballonnements ;
  • Symptômes psychiques : sautes d’humeur / irritabilité, fatigue, baisse de moral / épisodes dépressifs, anxiété / paranoïa / crises d’angoisse

La baisse de moral est un des symptômes psychiques du SPM

Si on renvoie souvent les règles à l’irritabilité (voire à l’hystérie), la baisse de moral voire les épisodes dépressifs sont un symptôme assez régulièrement évoqué par les personnes menstruées. Il est cependant difficile de trouver des chiffres à ce propos.

Avant d’aller plus loin à ce propos dans les parties suivantes, deux points à rappeler ici sur les symptômes du SPM.

D’une part, les épisodes dépressifs ne sont pas un symptôme spécifique du SPM : ils peuvent être liés à d’autres pathologies voire à une dépression : nous vous donnons, dans cet article, des pistes pour y répondre, mais nous vous recommandons de commencer par rencontrer un professionnel de santé.

D’autre part, les symptômes liés au SPM peuvent être très fluctuants selon les cycles menstruels : suivre vos cycles menstruels et les symptômes associés est intéressant pour mieux vous connaître. Vous pouvez pour cela utiliser des applications de suivi de cycle menstruel.

6 facteurs expliquant pourquoi vous vous sentez déprimée avant ou pendant vos règles

Ok, soit, des épisodes de grosse baisse de moral, peuvent être liés aux règles. Mais pourquoi ? Quels sont les facteurs qui expliquent cette sensation ? Nous avons trouvé 6 facteurs qui peuvent expliquer le down que vous ressentez quand vos règles s’approchent !

Fluctuations des hormones sexuelles liée au cycle menstruel

Le premier facteur qui expliquerait la baisse de moral, voire les épisodes dépressifs que vous vivez à l’approche de vos règles, est la fluctuation des hormones dans votre corps que vous vivez à chaque cycle.

Oestrogènes, progestérone, LH et LSH : ces hormones organisent votre cycle menstruel. Leur taux change selon les phases de votre cycle menstruel et les oestrogènes et la progestérone s’avèrent ainsi être présentes en toute petite quantité à la fin de la phase lutéale, juste avant vos règles : c’est d’ailleurs leur taux très bas qui relance un nouveau cycle menstruel.

Et il est tout à fait possible que ce taux très bas de ces deux hormones soit aussi à l’origine de vos baisses de moral.

Comment agir contre les changements hormonaux liés aux règles ?

Si les fluctuations hormonales vous dépriment de façon régulière, à chaque fois que vous avez vos règles, la première réponse est de vous tourner vers votre médecin traitant. Il pourra vous ausculter, écouter vos symptômes et vous prescrire des examens complémentaires, notamment hormonaux, s’il le pense nécessaire. Il pourra aussi vous rediriger vers un endocrinologue (le médecin spécialiste des hormones).

La première solution pour lisser les fluctuations hormonales liées aux règles consiste à prendre une contraception hormonale. Parce qu’elle diffuse des hormones dans votre corps, elle limite les fluctuations et peut aider votre corps à se stabiliser.

Si cette solution ne vous convient pas – parce que vous ne souhaitez pas prendre d’hormones ou parce que vous essayez d’avoir un bébé – vous pouvez opter par la prise de compléments alimentaires. Ils n’auront pas d’effets spécifiques sur vos hormones mais vous permettront de juguler les symptômes qui découlent de leurs fluctuations.

🌈 Sur notre e-shop, nous avons sélectionné pour vous des compléments alimentaires Booster de sérénité de la marque Sova. Pensés pour les personnes menstruées atteintes de SOPK en délicatesse avec leurs hormones, ils sont adaptés si vous ressentez de fortes baisse de moral liées à vos hormones pendant vos règles. Ses ingrédients clés sont le safran pour maintenir un état de relaxation et de bien-être mental ainsi que physique, l'ashwagandha pour aider à la relaxation et l’acide pantothénique. Ce dernier contribue à la synthèse normale et au métabolisme normal des hormones stéroïdes, de la vitamine D et de certains neurotransmetteurs.

Je le veux >

Fluctuations de la sérotonine liée au cycle menstruel

Le deuxième facteur qui peut expliquer votre baisse de moral à l’approche de vos règles est la fluctuation de la sérotonine, dans votre corps.

La sérotonine est un neurotransmetteur, une substance chimique qui transmet des signaux entre les neurones du cerveau. Elle joue un rôle essentiel dans la régulation de diverses fonctions physiologiques et mentales, notamment l'humeur, le sommeil, l'appétit, la libido et la perception de la douleur.

Or il s’avère que les oestrogènes ont un rôle dans la synthèse de la sérotonine du cerveau (3) : lorsque le taux d’oestrogène est bas, le taux de sérotonine peut varier entraînant des troubles de l’humeur.

On commence d’ailleurs à traiter, par une supplémentation en sérotonine, les personnes menstruées qui souffrent du SPM.

Fatigue

Le troisième facteur qui peut générer une baisse de moral voire un état dépressif est la fatigue.

Nous l’avons évoqué récemment dans un article sur fatigue et règles : les règles et plus largement le SPM sont responsables d’une hausse de la fatigue chez de nombreuses personnes menstruées.

Or la fatigue peut totalement entraîner des pensées noires, tristes : fatigué.e, on ne se sent pas en mesure de rebondir et de répondre aux sollicitations que l’on reçoit quotidiennement.

Comment agir contre la fatigue liée aux règles ?

La fatigue liée aux règles peut être due à différents facteurs, comme le stress qui leur est associé ou les inconforts et douleurs qui vous embêtent à cette période.

Pour limiter cette fatigue, nous vous avons proposé plusieurs astuces et solutions dans l’article évoqué précédemment. Parmi les produits qui peuvent faire une différence sur votre fatigue, notre préférence va aux compléments alimentaires équilibre hormonal de la marque Gyneika, vendus sur notre eshop 🌈. Ils sont pensés pour atténuer les symptômes liés au déséquilibre hormonal. Ils sont formulés autour de trois ingrédients clés : l’ashwagandha pour favoriser l’équilibre hormonal, le magnésium bisglycinate pour diminuer la fatigue et le stress et le gattilier pour favoriser l'équilibre hormonal et contribuer au confort pendant le cycle.

Je le veux >

Inconforts physiques

La quatrième raison qui peut expliquer la baisse de moral que vous ressentez quand approchent vos règles sont les inconforts physiques que vous subissez du fait de vos règles.

Pas facile d’être au top quand vous souffrez de crampes abdominales ou vivez de terribles migraines. Cela fatigue, démotive, donne envie de se rouler en boule sous un plaid et d’attendre que les douleurs passent !

Comment agir contre les inconforts physiques liés aux règles ?

En voilà une bien vaste question ! Tout va dépendre des inconforts ressentis. Règles douloureuses (crampes abdominales et douleurs en bas du dos), migraine cataméniale, seins douloureux, jambes douloureuses pendant les règles : les douleurs liées aux menstruations sont nombreuses et les réponses le sont tout autant.

🌈 Si le CBD n’est pas une solution 100% miracle – y’en-t-il vraiment une ? –, il pourra cependant répondre à plusieurs des douleurs qui vous ennuient. Vous pouvez le prendre

Changements physiques

Les règles qui approchent peuvent aussi se caractériser par des modifications physiques qui peuvent mettre un coup au moral.

Nous pensons forcément à l’acné hormonal qui peut s’avérer très dur à vivre pour beaucoup de personnes menstruées tout au long de leur vie (et notamment à l’adolescence) mais aussi à la rétention d’eau et au ballonnement intestinal qui fait gonfler le ventre !

Comment agir contre les changements corporels liés aux règles ?

Tout va bien entendu dépendre des symptômes qui vous bouleversent pendant cette période pas fun ! Au-delà des compléments alimentaires rééquilibrants que nous vous avons proposé qui auront tendance à limiter les effets que vous ressentez, vous pouvez répondre spécifiquement à chacun des symptômes ressentis.

🌈 Pour ce qui est de l’acné hormonal, par exemple, nous avons sélectionné pour vous le soin Oh my period de Nidéco. Vous pouvez l’utiliser en complément ou à la place de votre crème de jour à partir de 15 jours avant la date de vos règles de façon à limiter l’acné hormonale.

Je le veux >

Génétique

Dernier facteur qui peut entraîner des gros coups de mou à l’arrivée de vos règles : la génétique. Nous ne sommes pas toutes logées à la même enseigne quand on parle de SPM ! Pour certaines, les règles sont une promenade de santé, pour d’autres, elles sont un véritable enfer !

💡 Le saviez-vous ? Les symptômes du SPM sont assez généralement héréditaires : il est très possible que ce que vous vivez aujourd’hui, une des femmes de votre famille l’ait déjà vécu auparavant. Ce n’est en rien un moyen de vous rassurer mais ça peut vous donner des sujets de discussion et des solutions : comment les femmes de votre famille ont-elles géré ces moments difficiles ?

Et si vous souffriez du TDPM ?

Dernier point qui pourrait expliquer cette baisse de moral importante que vous ressentez lors de vos règles : le trouble dysphorique prémenstruel (aussi appelé TDPM).

Le TDPM désigne une forme sévère du syndrome prémenstruel. Il toucherait 5% des personnes menstruées (3). Les symptômes observés sont de même nature que ceux généralement associés au SPM, mais ils sont plus nombreux à être ressentis (généralement les personnes menstruées ne cumulent pas tous les symptômes) et ils ont une plus grande intensité. Ils peuvent être handicapants au point d’en empêcher les femmes atteintes de mener une vie normale. Dans le cas du symptôme de la baisse de moral, on peut ainsi, chez certaines femmes, se retrouver face à de véritables épisodes dépressifs, voire, dans les cas les plus extrêmes, à des pensées suicidaires.

Comment agir si vous pensez être atteinte de TDPM ?

Le TDPM n’est pas à prendre à la légère ! Si vous pensez que vos symptômes liés à vos règles sont très (trop) importants et surtout s’ils vous empêchent de vivre votre vie normalement chaque mois, consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue à ce propos. Ces professionnels pourront vous écouter, mener des examens complémentaires et vous accompagner dans le dépistage de ce trouble.

Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de traitement pour “soigner” le trouble dysphorique prémenstruel. Cependant, des traitements existent pour en atténuer les effets, comme la prise d’une contraception hormonale (pour lisser les hormones) ou la supplémentation en sérotonine, déjà évoquée un peu plus haut.

🌸Tous les professionnels de santé ne sont pas sensibilisés au TDPM aujourd’hui. N’hésitez pas à rencontrer plusieurs professionnels pour être sûre d’avoir un diagnostic complet ainsi que des solutions. Nous avons constitué pour vous, avec votre aide et plus largement celle de notre communauté, un annuaire des professionnels bienveillants et à l’écoute.

Que faire en cas de déprime pendant les règles pour se remonter le moral ?

Vous déprimez à chaque fois que vos règles approchent ? Nous vous partageons ici de jolies solutions pour vous aider à prendre du recul et à vous faire du bien ❤️

Suivez votre cycle pour mieux le comprendre et l’anticiper

Pour limiter la sensation de déprime qui vous attaque juste avant ou pendant vos règles, la première solution consiste à parvenir à prendre du recul. L’idée est ici que vous souffrirez plus de votre baisse de moral si vous la prenez de plein fouet sans savoir pourquoi elle se manifeste que si vous savez qu’elle est due à vos règles et qu'elle va s’estomper progressivement dans les jours à venir.

Pour réussir à raisonner les émotions que vous ressentez, notre premier conseil est de suivre votre cycle menstruel. Plus vous allez le connaître – combien de temps il dure, quels symptômes vous ressentez, combien de temps durent vos règles… – plus vous allez pouvoir rationaliser ce que vous vivez. Plus vous allez pouvoir l’anticiper aussi et vous ménager des temps off lorsque vos règles approchent ou lors du premier jour.

Pour suivre votre cycle menstruel, vous pouvez utiliser un carnet ou opter pour une application de suivi de cycle menstruel, telle que Clue. L’avantage des applications est qu’elles se trouvent sur votre téléphone, proches de vous en permanence : vous pouvez annoter rapidement les symptômes que vous ressentez. Pendant trois mois minimum (les cycles menstruels peuvent varier en durée et en symptômes), suivez votre cycle et notez ce que vous ressentez : vous retirerez de cette expérience une meilleure connaissance de votre corps et pourrez être plus à même de rationaliser ce que vous ressentez.

Acceptez d’aller moins bien

Vous vous sentez abattue ? Vous ressentez une baisse de moral ? Vous avez envie de pleurer sans vraiment comprendre pourquoi ? Vous avez le droit.

La baisse d’hormones et les changements du corps qui s’opèrent avant et au début des règles ont tendance à amplifier les émotions que vous ressentez au quotidien. Voir à vous faire déprimer même si tout va, à peu près, bien.

Ce n’est pas grave mais ce n’est pas pour autant que vous devez nier ce que vous ressentez. Acceptez d’aller moins bien :

  • Acceptez de dire non, de décliner des invitations ;
  • Prenez quelques jours de télétravail, voire de congé, si vous en avez la possibilité ;
  • Demandez un arrêt de travail si c’est nécessaire et que vous vous sentez épuisée mentalement ;
  • Pratiquez des activités qui vous font du bien, qu’il s’agisse d’un massage planifié à la dernière minute comme d’une soirée télé sous la couette ! Faites ce qui vous fait du bien ❤️

Acceptez de demander de l’aide

Dernier point et non des moindres : acceptez de demander de l’aide.

Demandez à vos ami(e)s et/ou à votre compagnon un coup de main : ne prenez pas tout pour vous et partagez ce que vous ressentez si cela vous fait du bien. D’une part, cela vous facilitera la vie. D’autre part, cela vous évitera peut-être d’exploser (puis de vous sentir coupable) lorsque la tension et le stress seront trop importants !

Et si les effets sur votre vie sont trop importants, que votre SPM devient invivable, n’hésitez pas à aller consulter. Votre médecin traitant peut vous accompagner, de même qu’un psychologue. Il n’y a pas de honte ou de tabou à mal vivre ces règles : de nombreuses femmes menstruées connaissent ces difficultés. Il est important d’en parler et de demander de l’aide médicale si cela devient trop compliqué.

Et si c’est vraiment trop dur ?

Vos pensées noires sont plus intenses encore que d’habitude ? Sachez qu’il existe des solutions d’urgence pour vous répondre et vous accompagner :

  • Le numéro national de prévention du suicide, le 3114 : numéro d’appel gratuit, vous bénéficierez d’une écoute et de ressources si vous ne savez pas comment vous en sortir – n’hésitez pas à appeler si vous en ressentez le besoin ;
  • Les urgences psychiatriques : vous ne le savez peut-être pas mais une majorité d’hôpitaux disposent d’urgences psychiatriques avec des psychiatres habilités à répondre à des situations d’urgence et de détresse importante.

SPM ou réelle dépression, faites la différence !

Si un état dépressif peut se révéler ponctuellement du fait des règles, il serait faux de faire peser au SPM et aux règles toute la responsabilité du mal-être que les personnes menstruées peuvent ressentir. Vous pouvez cumuler un SPM compliqué et une dépression !

La durée, un critère important à prendre en compte

Il est difficile de différencier une baisse de moral ponctuelle d’une réelle dépression. Les pensées et les effets sont similaires et on peut avoir du mal à prendre du recul sur ses sensations lorsqu’on les vit !

Cependant, un point peut attirer votre attention : la durée de cette baisse de moral.

Si une baisse de moral peut être très intense du fait du SPM ou des règles, elle débute généralement quelques jours avant les règles et s'achève avec la fin des règles. Une dépression, elle, ne sera pas liée aux règles et pourra durer plus longtemps.

Ceci étant posé, le SPM pouvant débuter 14 jours avant les règles et les règles pouvant durer jusqu’à 7 jours, la notion de durée peut être compliquée à jauger et à prendre en compte !

Comment réagir ?

Nous l’avons dit : il est difficile de différencier un état dépressif ponctuel d’une dépression qui s’installe sur le long terme. D’autant plus que vous pouvez avoir tendance à vous forcer à aller bien pour continuer à avancer coûte que coûte !

Si vous vous sentez down lors de vos règles, un peu avant ou de façon généralisée, n’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant. En France, ces derniers sont totalement habilités à prendre en charge la dépression, à répondre à vos questions et à traiter cette maladie. Votre médecin pourra aussi vous recommander un psychologue ou un psychiatre pour vous accompagner s’il le juge nécessaire. Sachez que vous pouvez aussi consulter ces professionnels de la santé mentale sans être passée par un médecin généraliste auparavant.

Sources :

  1. https://www.allodocteurs.fr/maladies-gynecologie-regles-quest-ce-que-le-trouble-dysphorique-menstruel-28379.html
  2. https://www.neonmag.fr/sante-psycho/menstruations-le-monde-du-travail-sadapte-enfin-556793
  3. https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2010/revue-medicale-suisse-258/syndrome-premenstruel-envie-de-sucre-et-serotonine

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

L'équipe de Gapianne

Enchantées

Bienvenue sur Gapianne

Nous sommes 4 amies : Jen, Victoire, Anne et Marine. Comme les 34 millions de Françaises, nous avons rencontré différentes problématiques liées à notre intimité. C'est pourquoi nous avons créé Gapianne, une boutique qui propose les meilleures solutions bios, Made in France et non toxiques pour la santé ainsi que des ressources détaillées pour vous accompagner. On fait connaissance ?

Découvrir Gapianne