Passer au contenu

Votre panier

Votre panier est vide pour le moment

Sélection Noël 🎄

Periods & Cycle

Pleasure & Libido

Care

Maternity

Menopause

Health & Well-being

Comment soulager des règles douloureuses : on en parle !
Dysménorrhé

Comment soulager des règles douloureuses : on en parle !

À l’arrivée de chacun de vos cycles menstruels, c’est la même : vous vous tordez de douleur, êtes épuisée, insultez la terre entière et avez l’impression de ne plus être la même personne. Les douleurs menstruelles, aussi appelées dysménorrhées, sont des douleurs qui surviennent juste avant ou au début des règles. Elles sont causées principalement par les contractions de l’utérus qui expulse la muqueuse utérine qui s’était développée pour préparer la nidification de l’ovule : ce dernier n’étant pas été fécondé, le corps s’en débarrasse et… aïe. Dans cet article, nous vous proposons un panel de solutions pour soulager vos règles douloureuses : des solutions médicales, des solutions naturelles, des solutions liées à l’alimentation… retrouvez ici toutes les solutions pour soulager vos règles douloureuses.

Soulager vos douleurs menstruelles : les méthodes médicales

La solution médicale pour soulager les douleurs menstruelles est souvent la première à laquelle les personnes menstruées ont recours ; vous retrouvez à la suite de cette partie des solutions naturelles pour soulager vos menstruations douloureuses. Ceci étant, il est important pour nous de parler des solutions médicales pour répondre aux règles douloureuses car c’est une réponse souvent efficace, rapide et peu chère.

Anti-inflammatoires et analgésiques

Si tu prends trop souvent des médicaments, tu vas t’y habituer et la molécule n’aura plus d’efficacité” : peut-être avez-vous déjà entendu cette phrase et peut-être est-ce la raison pour laquelle vous ne prenez pas trop de médicament ou hésitez à en prendre pour quelque chose d’aussi “bête” que les douleurs de règles. Sauf qu’une douleur n’est jamais bête et que les douleurs de règles peuvent être particulièrement importantes. Donc ôtez-vous ces idées de la tête et acceptez de prendre un médicament quand la douleur est trop forte.

Les médicaments qui peuvent vous aider pour combattre la douleur sont les :

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : Les AINS calment les douleurs menstruelles. Ces médicaments (ibuprofène, flurbiprofène, naproxène…) freinent la fabrication des prostaglandines en grande partie responsables des contractions de l’utérus. Ils diminuent ainsi le nombre et la fréquence des contractions de l'utérus et atténuent les douleurs menstruelles.
  • Antalgiques : Un antalgique est un médicament qui atténue ou supprime la douleur sans en traiter la cause. Le paracétamol (contenu notamment dans le Doliprane) est un antalgique qui peut permettre d’atténuer les règles douloureuses.
  • Antispasmodiques : Les médicaments antispasmodiques comme le Spasfon peuvent se révéler utiles pour soulager les douleurs liées aux contractions de l’utérus. Les autorités de santé estiment néanmoins que leur efficacité est faible. Les effets indésirables sont rares (réaction allergique cutanée).

Si ces médicaments n’ont pas d’effet pour vous et que la douleur liée à vos règles reste trop intense lors de plusieurs cycles consécutifs ou de façon régulière, il est important d’aller consulter un médecin.

Consultez un médecin

Il n’est pas normal de souffrir pendant ses règles. Si les anti-inflammatoires et analgésiques précédents ne suffisent pas à calmer vos douleurs de règles, il est essentiel d’aller consulter un médecin généraliste et/ou un gynécologue. Ces professionnels de la santé interrogeront vos symptômes et pourront mener des examens complémentaires pour déterminer si la cause des douleurs est naturelle ou si elle est liée à une maladie particulière, comme l’endométriose ou le SOPK. Quelles que soient les raisons de vos douleurs, il pourra notamment vous prescrire des contraceptifs hormonaux dont l’influence pourra s’avérer positive sur vos douleurs de règles.

Contraceptifs hormonaux

En agissant sur les hormones, les contraceptifs hormonaux peuvent venir réguler vos cycles et diminuer les symptômes que vous ressentez pendant ces derniers (douleurs menstruelles comprises). De façon générale, nous vous recommandons de consulter un médecin pour vos douleurs et pour choisir votre contraception (hormonale ou non) : il pourra vous accompagner dans ce choix et mener des examens s’il le pense nécessaire.

Voici une liste des contraceptifs hormonaux existants aujourd’hui :

  • Pilule contraceptive : La pilule est un contraceptif oral. À prendre en continu ou trois semaines sur quatre selon le type de pilule choisi, elle permet de réguler les hormones du corps.
  • Patch contraceptif : Le patch est un contraceptif hormonal qui se colle généralement sur le haut du bras. Il doit être collé chaque semaine pendant trois semaines. Au contact de la peau, il distille ensuite les hormones.
  • Anneau vaginal : Aussi appelé anneau contraceptif, l’anneau vaginal est un anneau flexible en plastique poreux qui contient des hormones. On l'insère au fond du vagin et à la chaleur du corps, les hormones diffusent à travers la paroi vaginale et passent dans le sang. Comme le patch, il se porte trois semaines sur quatre.
  • Dispositif intra-utérin (DIU) hormonal : Le DIU hormonal (à ne pas confondre avec le DIU au cuivre qui ne contient pas d’hormones), autrefois appelé stérilet hormonal, est un dispositif qui est inséré dans l’utérus par un gynécologue. Il diffuse ensuite les hormones qu’il contient. Il a l’avantage de pouvoir être conservé pendant plusieurs années s’il est bien supporté.

Aliments à privilégier et à éviter pour réduire le risque d’avoir des douleurs menstruelles

On en est de plus en plus conscient : l’alimentation est liée à la santé du corps. Elle nous apporte des vitamines et des nutriments qui nous aident à traverser le quotidien en meilleure forme. La période menstruelle n’y échappe pas. Découvrez des aliments à privilégier juste avant et pendant vos règles pour vous aider à réduire le risque d’avoir des douleurs menstruelles. De façon plus générale, écoutez votre corps et adoptez l’alimentation qui vous fait du bien à l’arrivée de vos règles.

Privilégiez des aliments riches en magnésium et oméga-3

Parmi les nutriments intéressants pour limiter les douleurs menstruelles et les migraines associées à la période du SPM, on trouve le magnésium et les acides gras oméga-3. Leur action conjointe est intéressante. En effet, le magnésium tend à décontracter les muscles et à équilibrer le système nerveux, tandis que les acides gras oméga-3 agissent sur les neurotransmetteurs : la recette idéale pour accompagner votre lutte contre les crampes menstruelles !

  • Amandes : riches en magnésium, en oméga-3, en fibres et en vitamine E, les amandes peuvent être intéressantes !
  • Poisson gras : les poissons gras, tels que le saumon, le maquereau, le thon et les sardines, sont riches en acides gras oméga-3, notamment l'acide eicosapentaénoïque (EPA) et l'acide docosahexaénoïque (DHA), qui ont des propriétés anti-inflammatoires.
  • Graines de lin : Les graines de lin sont une source végétalienne d'acides gras oméga-3, en particulier sous forme d'acide alpha-linolénique (ALA). Les acides gras oméga-3 ont des propriétés anti-inflammatoires.

Mangez des fruits et légumes entiers et bio, de préférence

Les règles s’accompagnent généralement de troubles intestinaux. Si ces derniers ne sont en rien reliés aux contractions de votre utérus, la combinaison de troubles intestinaux et de crampes menstruelles n’a rien d’amusant ! Boire beaucoup et manger des aliments riches en fibres vous aidera à lutter contre ces problèmes de transit.

  • Bananes : les bananes contiennent de la vitamine B6, qui peut être bénéfique pour certaines femmes en réduisant les symptômes associés aux douleurs menstruelles. La vitamine B6 joue un rôle dans la régulation des hormones et peut atténuer les symptômes de l'inconfort pendant la période menstruelle.
  • Pommes : les pommes sont riches en fibres et en antioxydants, notamment en vitamine E. Cette dernière aide à réduire l'inflammation liée aux menstruations et à renforcer le système immunitaire.
  • Kiwis : Le kiwi est un fruit nutritif et riche en vitamines, notamment la vitamine C et la vitamine K, ainsi qu'en fibres alimentaires.
  • Framboises : En plus d’être riches en vitamines B, C, E et K, les framboises contiennent des fibres alimentaires, des minéraux tels que le potassium et le magnésium, ainsi que des antioxydants qui contribuent à la santé globale et à la prévention des maladies.
  • Fraises : Les fraises contiennent des vitamines A, B, C, E et K en plus de fibres alimentaires et de minéraux tels que le potassium et le magnésium. Elles sont ainsi très bénéfiques pour la santé et la diversité alimentaire.
  • Brocolis : Les brocolis sont une excellente source de diverses vitamines (A, B, C, E et K) et nutriments essentiels pour la santé, tels que les minéraux que sont le potassium et le magnésium.
  • Choux kale : Les choux kale est l'un des légumes les plus riches en vitamines et nutriments essentiels parmi les légumes-feuilles. Il contient des vitamines (A, B, C, E et K), des fibres alimentaires et des minéraux comme le potassium, le calcium et le magnésium.
  • Épinards : Les épinards sont un légume vert à feuilles gorgé de vitamines et nutriments essentiels. Connus pour être riches en fibres et en fer, il contient aussi des minéraux tels que le potassium, le calcium et le magnésium.
  • Carottes : Les carottes sont bien connues pour être une excellente source de vitamine A, en particulier sous forme de bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A. La vitamine A est notamment essentielle pour le système immunitaire. Les carottes contiennent en plus des fibres alimentaires, des minéraux tels que le potassium, le magnésium et le phosphore, et des antioxydants.
  • Gingembre : Le gingembre est une racine utilisée depuis des siècles à des fins culinaires et médicinales en raison de ses nombreux bienfaits pour la santé. Il est notamment reconnu pour ses propriétés anti-inflammatoires et anti-nauséeuses, mais aussi pour son aide à la digestion et à la gestion de la douleur.

De façon générale, une alimentation variée et équilibrée permet d’offrir à son corps les minéraux et les vitamines nécessaires pour son fonctionnement–et un corps en bon état de marche sera d’autant plus prêt à répondre aux agressions des menstruations !

Aliments à limiter

Plusieurs aliments sont à limiter pendant les règles car ils ont tendance à exacerber les douleurs que vous pouvez ressentir. C’est le cas pour :

  • Les boissons excitantes à base de caféine : Plusieurs effets de la caféine (son effet vasoconstricteur, le fait qu’elle contribue à l’irritation gastro-intestinale ou encore son effet diurétique) viennent amplifier les effets liés aux menstruations. C’est pourquoi réduire sa consommation de caféine peut être intéressant si vous souffrez de vos règles.
    ⚡ Les boissons caféinées englobent le café, mais aussi le thé, le maté et le matcha. La théine et la caféine sont en effet une seule et même molécule qui porte un nom différent selon la boisson dont elle provient. C’est pourquoi il pourra être plus intéressant de favoriser des infusions pendant vos règles pour vous hydrater.
  • Les mets trop gras et sucrés : Éviter les aliments trop gras et trop salés pendant les règles peut aider à réduire l'inconfort et les symptômes associés à la dysménorrhée. En effet, ces derniers peuvent amplifier les inflammations dont vous souffrez pendant vos règles ainsi que le phénomène de rétention d’eau. Cependant, il est assez courant d’avoir des fringales et des envies de sucre et de gras juste avant et au début des règles : essayez de jongler au mieux entre vos envies, vos ressentis et vos douleurs.
  • Les boissons alcoolisées : En plus de ne pas avoir de jolies interactions avec les médicaments que vous prenez peut-être pour limiter vos douleurs menstruelles, l’alcool a plusieurs effets qui peuvent amplifier vos douleurs et votre sensation d’inconfort : la déshydratation et l’augmentation de l’inflammation. Consommé à l’excès, l’alcool peut même avoir des effets sur vos hormones et créer un déséquilibre à l’origine de vos douleurs.
  • Et les produits à base de gluten ? Vous avez peut-être entendu qu’il fallait éviter les produits à base de gluten parce qu’ils avaient tendance à créer des inflammations et à amplifier les douleurs. C’est vrai si et seulement si vous êtes intolérante au gluten.

De façon plus générale, si certains aliments sont recommandés ou ne sont pas recommandés pendant les règles, il est essentiel de vous faire confiance. Avec les années et l’expérience de votre cycle menstruel, vous connaissez certainement bien votre corps et savez ce qui lui fait du bien ou non. Écoutez-vous !

Pensez à vous hydrater

Enfin, n’oubliez pas la base de tous les articles qui évoquent l’alimentation et la santé : pensez à vous hydrater correctement. Les règles affectent tout votre corps : boire régulièrement de l’eau permet de bien le faire fonctionner et de prévenir et limiter les douleurs. Avoir une gourde de 1L est un bon moyen pour vous forcer à boire une certaine quantité d’eau mais vous pouvez aussi miser sur des boissons comme les tisanes si l’eau vous ennuie. À noter : thé, matcha et café ne sont pas recommandés pendant les règles car ils contiennent de la caféine, nous en reparlons un peu plus bas !

🌈Notre produit chouchou : Tisane règles douloureuses Vénus, de Mijane

Et si vous alliez l’hydratation à la prise d’une tisane composée pour limiter vos douleurs ? Découvrez la tisane Règles douloureuses Vénus de Mijane, 100% naturelle et bio, fabriquée en France, avec 6 plantes toutes issues de l'agriculture biologique, des fleurs de CBD bio et des fruits secs.

⚡Si vous souffrez d’endométriose, cette tisane contient de la sauge officinale qui peut être contre-indiquée en cas d’atteinte par cette maladie : prenez l’avis d’un spécialiste.

5 remèdes naturels pour soulager les douleurs de règles

Si les médicaments anti-douleurs ne suffisent pas à apaiser vos douleurs menstruelles, nous vous proposons 5 autres méthodes naturelles en dehors de l’alimentation pour vous aider à soulager vos douleurs de règles.

Appliquer de la chaleur

L’origine des douleurs menstruelles étant liée, la majorité du temps, à la contraction de l’utérus, appliquer de la chaleur peut être une solution pour diminuer vos douleurs. En effet, la chaleur est un décontractant musculaire. Vous pouvez l’appliquer par l’intermédiaire d’une bouillotte (⚡attention dans ce cas à ne pas la poser directement sur votre ventre pour éviter les brûlures !) ou en prenant un bain bien chaud. Il vous détendra et détendra vos muscles en même temps : c’est une situation gagnant-gagnant ! 😉

Pratiquer une activité physique

Même si ce n’est pas forcément la première chose qui vous motive au moment d’avoir vos règles, faire de l’exercice et du sport est en fait un bon moyen de vous détendre. D’une part, faire du sport permet de se concentrer sur autre chose que sur la douleur. Et d’autre part, l’endorphine générée par la pratique du sport permet de calmer les douleurs menstruelles. Donc si vous vous sentez en capacité de faire du sport pendant vos règles, tentez !

Adopter le massage du ventre

Masser les zones sensibles permet de les chauffer et comme nous venons d’en parler, la chaleur va diminuer les douleurs localement !

Pour vous accompagner dans vos massages, les rendre plus sensoriels et apaisants et mieux vous soulager, voici deux de nos produits chouchous en boutique :

Électrostimulation

Comme son nom l’indique, l’électrostimulation consiste à stimuler électriquement les muscles, par le biais d’électrodes posées contre la peau, pour apaiser les douleurs. Cel

🌈 Notre produit chouchou : L'appareil d'électrostimulation Bluetens

Je le veux >

L’appareil d’électrostimulation anti-douleurs de règles de Bluetens est un petit boîtier prolongé par des électrodes et commandé par l’intermédiaire d’une application à installer sur votre smartphone. On aime son efficacité (nous l’avons fait tester à plusieurs de nos consommatrices avant de le proposer sur notre boutique), sa capacité à réduire les douleurs les plus fortes (il est intéressant si vous êtes atteinte d’endométriose) et sa petite taille qui permet de l’utiliser en continu, chez soi ou à l’extérieur.

Plantes médicinales

La phytothérapie, qui consiste à se soigner grâce au pouvoir médicinal des plantes, peut aussi être votre alliée pour lutter contre vos douleurs de règles.

⚡Bien que les plantes soient naturelles, elles sont utilisées à des fins thérapeutiques et c’est pourquoi il est intéressant de consulter un médecin avant de les utiliser. En effet, elles peuvent entrer en conflit avec des traitements que vous utilisez et elles ont des contre-indications comme des médicaments “classiques”.

Sur notre boutique, retrouvez deux de nos produits chouchous en matière de plantes médicinales pour soulager vos douleurs de règles :

  • 🌈 Huile de CBD 10% de Équilibre CBD, une huile sublinguale parfaite pour débuter la prise de CBD et découvrir ses effets sur vous et votre cycle menstruel. Le CBD est à la fois décontractant et anti-inflammatoire, des actions qui peuvent vous aider à vous soulager !
  • 🌈 Compléments alimentaires anti-douleurs menstruels de Twenty-Eight, une cure de plantes sélectionnées pour leurs effets et leur capacité à réduire les douleurs menstruelles. Comme toute cure de compléments alimentaires, nous vous recommandons de la tester pendant 3 cycles menstruels consécutifs pour en voir les effets sur vous.

Je les veux >

La relaxation peut aussi vous aider à réduire vos douleurs

Parce que les règles s’accompagnent aussi souvent de fatigue, le repos et les techniques de relaxation sont aussi assez intéressantes pour vous aider à mieux gérer la douleur. Il existe ainsi plusieurs pratiques qui vous invitent à vous concentrer sur vos ressentis et vos sensations. C’est le cas de :

  • Méditation : Activité qui consiste à se recentrer sur soi et sur ses sensations, la méditation peut être pratiquée de différentes façons, guidée ou non, avec musique ou non. À vous de voir quel type de méditation vous soulage !
  • Yoga : Il existe différentes formes de yoga, et notamment des formes particulièrement douces et lentes, permettant de faire de l’exercice tout en se concentrant sur ses ressentis. Pourquoi ne pas essayer ?
  • Sophrologie : La sophrologie est une technique de relaxation qui consiste à travailler sur la respiration. Elle est notamment utilisée pour la gestion de la douleur et du stress et pourrait être intéressante dans le cadre de vos douleurs menstruelles.

Ces techniques peuvent permettre de vous soulager mais ne culpabilisez pas si vous n’avez pas le temps de les mettre en pratique. Nos vies sont parfois intenses et il n’est pas toujours facile de trouver le temps d’intégrer à son planning ce type de pratique. Plus encore, elles seront certainement inefficaces pour certain(e)s d’entre vous… Nous ne sommes pas toutes sensibles aux effets et aux bénéfices de la relaxation. Si ce qui vous fait du bien et vous aide à oublier la douleur, c'est d'aller boire un verre avec vos amies et bien faites-le ! Si vous préférez manger de la glace roulée en boule dans un plaid, go !

Faites attention à votre mode de vie

Cela ne vous surprendra certainement pas : plus vous aurez un mode de vie sain, plus vous limiterez les risques d’avoir des douleurs menstruelles. En effet, alimentation grasse, alcool et tabac ne font pas bon ménage avec votre utérus !

  • Alimentation : On l’a vu un peu plus tôt dans cet article. Une alimentation équilibrée et variée aidera votre corps à mieux supporter les inconforts et la fatigue générée par les menstruations. Favoriser une alimentation bio permettra par ailleurs de limiter l’ingestion de pesticides et autres perturbateurs endocriniens.
  • Tabac : D’après plusieurs études scientifiques, les personnes qui fument sont plus susceptibles d'avoir des douleurs menstruelles accrues. Les substances chimiques présentes dans la fumée de tabac, comme la nicotine, peuvent déséquilibrer la production hormonale du corps. Plus encore, le tabac a un effet vasoconstricteur qui peut entraîner des contractions plus importantes de l’utérus lors des menstruations, entraînant ainsi des douleurs plus importantes.
  • Alcool : L’alcool contribue à amplifier les douleurs et sensations d’inconfort que vous pouvez ressentir au moment de vos règles. Plus encore, il peut entraîner des intéractions avec les médicaments que vous prenez à cette période pour mieux gérer la douleur. C’est pourquoi baisser sa consommation d’alcool peut être bon pour vous.
  • Bon sommeil : Bien dormir, profondément et assez longtemps, permet de régénérer votre corps et vos cellules. C’est aussi un moyen de lutter contre la fatigue quand vous avez vos règles.

On modère quand même : vous le savez aussi bien que nous, nous sommes toutes différentes… Si certaines femmes souffrent énormément pendant leurs règles tout en ayant une vie parfaitement équilibrée, d’autres n’auront rien alors même qu’elles ne font pas toujours attention… Donc ne culpabilisez pas si vous faites des écarts, personne n’est parfait et encore moins quand nos règles approchent !

Mais au fait, pourquoi avons-nous des douleurs menstruelles ?

Les douleurs menstruelles sont de deux types. On parle ainsi de dysménorrhée primaire quand il s’agit de douleurs d’origines naturelles chez les jeunes filles, et de dysménorrhée secondaire quand les douleurs sont liées à une pathologie. Il est donc totalement possible de souffrir énormément sans pour autant être atteinte d’une maladie ! Si vos douleurs menstruelles sont importantes et récurrentes, parlez-en à votre médecin qui vous fera passer des examens complémentaires pour comprendre l’origine de vos douleurs et les traiter, le cas échéant.

Hérédité et génétique

Nous ne sommes pas toutes et tous égaux en matière de règles et de douleurs menstruelles. L’hérédité et la génétique jouent énormément dans les douleurs et plus largement dans les symptômes ressentis à l’approche et pendant les règles ! Si vous êtes régulièrement pliée en deux par vos règles, parlez-en aux femmes de votre entourage familial pour savoir si elles souffraient des mêmes symptômes : il est fortement probable que ce soit le cas !

Excès de prostaglandines

Les prostaglandines sont des substances qui provoquent des contractions utérines et facilitent l’expulsion de la muqueuse utérine. Elles sont sécrétées par la muqueuse utérine elle-même. Un excès de prostaglandines provoque une augmentation anormale de la contractilité et du tonus du muscle utérin : autrement dit, un excès de prostaglandines augmente l'occurrence des contractions. Plus fréquentes, ces dernières privent le muscle utérin d'oxygène en comprimant les petits vaisseaux et cela provoque des douleurs.

Cette situation est souvent observée chez les jeunes filles, dans les mois qui suivent les premières règles et s’appelle dysménorrhée primaire. Elle est très courante et se régule seule, le plus souvent, au bout de quelques années.

Raisons médicales

La dysménorrhée secondaire apparaît plus tardivement, chez les personnes menstruées qui, jusque-là, avaient des règles peu ou pas douloureuses. Les douleurs peuvent être accompagnées d’autres symptômes (saignements entre les règles, règles anormalement abondantes, douleurs lors des rapports sexuels, etc.). Dans ce cas, la piste d’une problématique de santé est le plus souvent recherchée !

Endométriose

L’endométriose est une maladie liée au fonctionnement de l’endomètre. Chez une femme saine, non porteuse de la maladie, il se développe sur la paroi de l’utérus durant la phase lutéale pour accueillir l’ovule fécondé et se désagrège quand il n’y a pas de grossesse. Mais certaines femmes ont un endomètre qui se déploie en dehors de l’utérus, sans se résorber, créant des adhérences au niveau des organes entourant l’utérus (notamment au niveau des intestins). Ce sont ces adhérences qui viennent créer des douleurs importantes. Le diagnostic de cette maladie peut s’avérer long et aucun traitement n’existe aujourd’hui : on sait ralentir la maladie (grâce à la prise d’hormones telles que la pilule) et limiter la propagation de l’endomètre, grâce à la chirurgie.

Adénomyose

L'adénomyose est une maladie proche de l’endométriose. En effet, elle se caractérise par la prolifération de l'endomètre à l'intérieur du muscle utérin (alors que l'endométriose se caractérise par la prolifération de l'endomètre à l'extérieur de l'utérus). Tout comme l'endométriose, l’adénomyose génère des adhérences et de fortes douleurs. Le traitement dépend du projet de grossesse des patientes et peut aller jusqu’à une ablation totale de l’utérus.

Fibromes utérins

Les fibromes utérins (aussi appelés léiomyomes) sont des tumeurs bénignes des muscles lisses de l’utérus. Ils peuvent être la cause de douleurs, de saignements utérins anormaux (en dehors de la phase des menstruations) et parfois être à l’origine de symptômes urinaires et intestinaux. Selon leur emplacement dans l’utérus, ils peuvent nécessiter d’être retirés par une intervention chirurgicale.

Syndrôme des ovaires polykystiques (SOPK)

Le syndrome des ovaires polykystiques est un trouble endocrinien répandu (on estime qu’il touche 1 femme sur 10) qui affecte les ovaires chez les personnes menstruées en âge de procréer. Il est caractérisé par la présence de multiples kystes dans les ovaires. Les douleurs menstruelles font partie de ses conséquences, de même que l’irrégularité menstruelle et des déséquilibres hormonaux induisant de l’acné, une pilosité accrue (hirsutisme) ou encore la perte des cheveux.

Maladie inflammatoire pelvienne (MIP)

La maladie pelvienne inflammatoire est une infection polymicrobienne du tractus génital féminin : elle touche le col de l’utérus, l’utérus, les trompes de Fallope et les ovaires. Un abcès peut se constituer et nécessiter une intervention chirurgicale si la maladie n’est pas traitée par anti-inflammatoires à temps. Cette maladie peut être causée par des infections transmises sexuellement.

Le mode de vie

Nous l’avons évoqué un peu plus tôt dans cet article, quelques facteurs liés au mode de vie peuvent entraîner des douleurs voire les amplifier.

Tabagisme

Les études scientifiques montrent que le tabagisme a tendance à augmenter les douleurs menstruelles. Les effets vasoconstricteurs du tabac semblent être en cause, de même que les différentes particules néfastes contenues dans la fumée. Arrêter de fumer peut permettre de limiter ces douleurs –en plus d’avoir d’autres bénéfices pour votre santé. Si vous envisagez d’arrêter de diminuer votre consommation de cigarettes ou d’arrêter de fumer, nous ne pouvons que vous recommander de vous adresser à un toxicologue pour vous accompagner dans votre projet.

Stress

Le stress a un impact important sur les hormones et notamment sur les hormones sexuelles qui régulent le cycle menstruel. Les perturber est susceptible de perturber votre cycle et de générer ou d’amplifier vos douleurs menstruelles. De façon générale, diminuer votre état de stress au quotidien est intéressant pour votre santé et nous ne pouvons que vous conseiller de chercher des solutions pour vous sentir mieux au quotidien.

🌈 Nous vous proposons dans notre boutique différentes solutions pour abaisser votre niveau de stress, comme le CBD. Les huiles de CBD sublinguales dont nous vous avons parlé un peu plus tôt sont ainsi d’excellents alliés pour diminuer votre stress (et en plus, elles participent à réduire les douleurs de règles !).

Découvrir les huiles CBD >

Obésité et surpoids

Sans forcément créer des douleurs de règles, le surpoids et l’obésité peuvent contribuer à les amplifier et ce, pour les mêmes raisons que le stress peut augmenter les douleurs de règles : les hormones. Le surpoids et l’obésité sont ainsi une des causes de dérèglement hormonal et ce dernier peut agir sur les douleurs que vous ressentez. Consultez un médecin pour en savoir plus et trouver des solutions pour vous sentir mieux pendant vos règles.

L'équipe de Gapianne

Enchantées

Bienvenue sur Gapianne

Nous sommes 4 amies : Jen, Victoire, Anne et Marine. Comme les 34 millions de Françaises, nous avons rencontré différentes problématiques liées à notre intimité. C'est pourquoi nous avons créé Gapianne, une boutique qui propose les meilleures solutions bios, Made in France et non toxiques pour la santé ainsi que des ressources détaillées pour vous accompagner. On fait connaissance ?

Découvrir Gapianne

WhatsApp