Passer au contenu

Votre panier

Votre panier est vide pour le moment

Les symptômes du SOPK
Cycle menstruel

Les symptômes du SOPK

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble endocrinien qui touche entre 6 à 12% des femmes en âge de procréer. C’est un déséquilibre hormonal qui peut perturber le fonctionnement normal des ovaires, ainsi que de nombreux autres aspects de la santé de la femme.

Nous avons donc environ 1 chance sur 10 d’être touchées. C’est pourquoi il est important de savoir reconnaître les symptômes. Le SOPK est souvent caractérisé par des cycles menstruels irréguliers, une tendance à l'hyperandrogénisme – c’est-à-dire une production élevée d'hormones masculines – et, bien sûr, ces fameux ovaires polykystiques qui donnent leur nom à la maladie. Mais ce tableau clinique peut varier considérablement, touchant chaque femme différemment, avec un spectre de symptômes qui va bien au-delà de ces manifestations classiques.

Dans cet article, on vous liste les 7 symptômes les plus récurrents du SOPK !

Rappel rapide : d’où vient le SOPK ?

Aujourd’hui encore, les causes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ne sont pas clairement comprises. Cependant, plusieurs facteurs clés semblent jouer un rôle dans son développement :

  • Un déséquilibre hormonal : Les femmes atteintes de SOPK ont généralement des niveaux élevés d'androgènes (hormones masculines), ce qui peut entraîner des symptômes tels que la croissance excessive de poils, l'acné, et des irrégularités menstruelles.
  • Une résistance à l'insuline : L’insuline est l'hormone qui régule la glycémie. Cette résistance à l'insuline peut entraîner des niveaux élevés d'insuline dans le sang, ce qui peut augmenter la production d'androgènes et aggraver les symptômes du SOPK.
  • Une inflammation chronique : Des études ont montré que les femmes atteintes de SOPK ont souvent une inflammation. Cette inflammation pourrait contribuer à la résistance à l'insuline et à la production excessive d'androgènes.
  • Des facteurs génétiques : Le SOPK semble avoir une composante héréditaire. Les femmes qui ont des mères ou des sœurs atteintes de SOPK sont plus susceptibles de développer la condition elles-mêmes.
  • Des facteurs environnementaux et de mode de vie : Des facteurs tels que l'obésité, le manque d'exercice et une alimentation déséquilibrée peuvent aggraver les symptômes du SOPK et contribuer à sa manifestation.

1.  Des irrégularités menstruelles

L’un des symptômes les plus courants du SOPK, c’est les irrégularités du cycle menstruel. Il devient imprévisible. Dans un cycle “normal”, l’ovaire libère un ovule chaque mois : l’ovulation. Mais avec le SOPK, ce mécanisme est souvent perturbé à cause d'un déséquilibre hormonal : le corps produit plus d'androgènes que d'habitude, ce qui peut empêcher l'ovulation.

Le cycle menstruel peut donc être déréglé. Et ce n'est pas juste une question de désagrément. Cette irrégularité peut avoir des conséquences plus sérieuses, comme l'hyperplasie de l'endomètre. En l'absence d'ovulation, l'endomètre continue de s'épaissir, ce qui peut, à long terme, poser des problèmes.

Heureusement, il existe des traitements pour aider à réguler ces cycles capricieux. Les options vont des contraceptifs oraux, qui aident à stabiliser les niveaux hormonaux, jusqu'à des médicaments spécifiques qui encouragent le corps à maintenir un cycle plus régulier. C'est une conversation à avoir avec un médecin, qui pourra vous guider vers la meilleure solution pour votre situation unique.

2. Une infertilité

On vient de le voir, ce syndrome peut jouer les trouble-fêtes dans le processus d'ovulation, ce qui est pourtant essentiel pour concevoir. Dans un scénario idéal, l'ovulation est le moment clé où un ovule est libéré et prêt pour la fécondation. Mais avec le SOPK, ce processus peut être interrompu, rendant la rencontre de l'ovule et du spermatozoïde moins fréquente, et donc, la grossesse plus difficile à atteindre.

Il existe toute une palette de traitements pour contrer les effets du SOPK sur la fertilité. Certains médicaments, comme le citrate de clomiphène, peuvent stimuler l'ovulation et encourager les ovaires à reprendre un rythme de production d'ovules plus régulier. Dans certains cas, si les médicaments ne suffisent pas, on peut se tourner vers des procédures plus poussées comme les injections de gonadotrophines ou la chirurgie laparoscopique, qui peuvent améliorer les chances d'ovulation.

Et pour celles qui ont besoin d'un petit coup de pouce supplémentaire, il existe les technologies de reproduction assistée (TRA). La fécondation in vitro (FIV), par exemple, peut aider en prélevant des ovules directement des ovaires pour les féconder en laboratoire, avant de les replacer dans l'utérus. C'est une option prometteuse pour celles qui rencontrent des obstacles sur le chemin de la maternité à cause du SOPK.

👉 Le saviez-vous ? Le SOPK est la 1ère cause d’infertilité féminine !

3. Une hyperandrogénisme

L'hyperandrogénisme est aussi un symptôme du SOPK. C’est lorsqu’il y a un excès d'hormones masculines, les androgènes. Ces androgènes sont normalement présents en petites quantités dans le corps féminin, mais quand ils montent en scène en trop grand nombre, ils peuvent provoquer toute une série de changements. Cela peut se manifester par de l'acné, une pilosité plus dense ou à des endroits inhabituels, voire une perte de cheveux sur le cuir chevelu.

Cependant, il existe des moyens de rééquilibrer tout ça grâce aux anti-androgènes. Ils peuvent aider à réduire la pilosité, améliorer l'état de la peau et ralentir la perte de cheveux. La pilule contraceptive, en particulier celles conçues pour lutter contre l'hyperandrogénisme, peut également être une solution, aidant à réguler à la fois les cycles menstruels et les niveaux d'androgènes.

Pour les effets cutanés comme l'acné, les traitements topiques et les soins de la peau peuvent jouer un rôle de soutien, en complément des médicaments. Chez Gapianne, notre soin chouchou est le soin du visage Oh My Periods qui aide à lutter contre l’acné hormonale.

Je le veux >

Vous pouvez aussi faire des petites modifications dans votre style de vie, comme avoir une alimentation équilibrée et faire de l’exercice. Ces conseils sont simples, mais pourtant ils peuvent réellement contribuer à améliorer les symptômes.

4. Des douleurs

Parmi les nombreux aspects du SOPK, la douleur est souvent un symptôme courant. Ces douleurs, variables en intensité et en nature, se manifestent principalement dans la région pelvienne. Elles sont souvent le reflet de l'activité tumultueuse des ovaires, marquée par la présence de kystes qui peuvent exercer une pression ou causer des douleurs sporadiques.

Mais ce n'est pas tout. Les irrégularités du cycle, typiques du SOPK, peuvent aussi entraîner des menstruations douloureuses. Et lorsqu'un ovule est libéré, ce qui est moins fréquent chez les femmes atteintes de SOPK, l'ovulation elle-même peut être source de douleur, un phénomène connu sous le nom de 'mittelschmerz'. La douleur n’est d’ailleurs pas le seul symptôme de l’ovulation !

Ceci étant, ces douleurs ne sont pas une fatalité. Il existe des solutions pour les gérer. Comme par exemple, l’huile CBD de Équilibre, qui est un vrai petit bijou pour les douleurs grâce à son action anti inflammatoire. Combinez-la avec le roll-on anti douleurs de Lunéale pour cibler précisément l’endroit où vous avez mal.

A lire aussi : Comment soulager ses douleurs de règles ?

5. Des polycystiques

Quand on parle d'ovaires polykystiques, on imagine souvent une situation un peu alarmante, mais en réalité, c'est un peu moins dramatique que ça en a l'air. Les ovaires polykystiques sont une caractéristique typique du SOPK, mais ils ne sont pas les mêmes que les kystes ovariens classiques que l'on peut rencontrer en dehors de cette condition. Les "polycystiques" se réfèrent à une multitude de petits follicules qui ressemblent à des kystes et qui sont souvent disposés juste sous la surface de l'ovaire, donnant un aspect un peu "en collier de perles" à l'échographie.

Ces follicules sont en fait des ovules en devenir qui n'ont pas mûri correctement, contrairement aux kystes ovariens "typiques", qui sont généralement des sacs remplis de liquide qui peuvent se former à la suite de l'ovulation. Les kystes ovariens peuvent venir et partir sans trop de tracas, mais les follicules du SOPK restent souvent sur place, contribuant au déséquilibre hormonal.

Du point de vue clinique, avoir des ovaires polykystiques n'est pas un problème en soi, mais ils sont un signe du désordre hormonal du SOPK. Ils ne requièrent pas de traitement spécifique s' ils ne sont pas accompagnés de symptômes, mais leur présence peut aider à diagnostiquer le SOPK.

En termes de gestion, le traitement du SOPK dans son ensemble peut souvent réduire le nombre de ces follicules et aider à rétablir un peu d'ordre dans le cycle ovulatoire. Des options comme la prise de médicaments pour stimuler l'ovulation ou les changements de style de vie pour ceux qui sont en surpoids peuvent contribuer à réduire les effets des ovaires polykystiques.

6. Une prise de poids

Avec le SOPK, le poids peut parfois devenir un sujet épineux. Le lien entre le SOPK, le gain de poids et la résistance à l'insuline est assez étroit : l'insuline est l’hormone qui aide notre corps à utiliser le sucre des aliments pour l'énergie. Mais quand le corps résiste à l'action de l'insuline, le sucre reste dans le sang, et le corps réagit en produisant encore plus d'insuline. Et que se passe t-il ? L'insuline élevée encourage le stockage des graisses, surtout autour du ventre.

Alors, comment rompre ce cycle peu favorable ? L'alimentation et l'exercice sont vos alliés de premier plan. Adopter une alimentation riche en fibres, pauvre en sucre et en aliments transformés peut aider à gérer le niveau de sucre dans le sang et donc l'insuline. Ajoutez à cela des protéines de qualité et des graisses saines pour soutenir la satiété et l'énergie.

Côté sport, on vise une activité physique régulière. Il ne s'agit pas de se transformer en athlète olympique du jour au lendemain, mais plutôt de trouver des activités qui vous plaisent et que vous pouvez intégrer dans votre routine. Marche rapide, natation, yoga, danse... L'important, c'est de bouger, de préférence tous les jours.

La gestion du poids avec le SOPK peut être un défi, mais avec le bon plan d'action et peut-être l'aide d'un nutritionniste ou d'un coach sportif, vous pouvez faire de grands pas.

7. Des troubles de l’humeur

Un autre symptôme du SOPK, c’est des humeurs fluctuantes. En effet, le lien entre le SOPK et les troubles de l'humeur est bien documenté. Les déséquilibres hormonaux peuvent jouer sur les neurotransmetteurs dans votre cerveau, et voilà que l'anxiété et la dépression peuvent s'inviter sans prévenir.

Mais la bonne nouvelle, c'est qu'il existe des solutions pour tenir ces troubles de l'humeur à distance. Un soutien psychologique peut être un premier pas rassurant. Parler à un professionnel peut vous aider à naviguer à travers ces eaux parfois troubles. Des thérapies comportementales ou de parole peuvent ouvrir des portes vers un bien-être émotionnel plus stable.

Des compléments alimentaires pour SOPK sont aussi des solutions naturelles pour rééquilibrer les hormones. Les compléments Miyé “Dérèglement hormonal” est un bon choix. Il permet de réguler les déséquilibres d’ordre émotionnel (humeur, sommeil, stress) et physiques (bouffées de chaleur, crampes, acné hormonale, cycle irrégulier), liés aux variations hormonales.

 

 

Je les veux >

 

Les symptômes évoluent au cours de la vie

Vous ne le saviez peut-être pas, mais les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) peuvent évoluer et varier tout au long de la vie d'une femme. C’est pourquoi il est important d’être vigilant à son corps, et d’apprendre à se connaître. Voici un aperçu de l'évolution typique des symptômes du SOPK au cours de la vie :

Puberté :

  • Menstruations irrégulières : C'est souvent l'un des premiers signes du SOPK. Les jeunes femmes peuvent avoir des cycles menstruels longs, irréguliers ou absents.
  • Hyperandrogénie : Augmentation des hormones masculines pouvant entraîner une pilosité excessive (hirsutisme), de l'acné, et parfois une perte de cheveux (alopécie androgénétique).
  • Problèmes de poids : Prise de poids ou difficulté à perdre du poids est fréquente, souvent accompagnée d'insulino-résistance.

Âge de la reproduction :

  • Problèmes de fertilité : Les irrégularités menstruelles peuvent entraîner des problèmes d'ovulation et de fertilité.
  • Complications pendant la grossesse : Risque accru de complications telles que le diabète gestationnel, l'hypertension et la prééclampsie.
  • Symptômes métaboliques : Risque accru de développer des troubles métaboliques comme le diabète de type 2, l'hyperlipidémie et l'hypertension.

Ménopause :

  • Risque cardiovasculaire : Augmentation du risque de maladies cardiovasculaires dues aux troubles métaboliques.
  • Symptômes métaboliques persistants : Les problèmes liés à l'insulino-résistance et au surpoids peuvent persister et s'aggraver.
  • Risque de cancer de l'endomètre : Les femmes avec SOPK peuvent avoir un risque légèrement accru de cancer de l'endomètre dû à des périodes prolongées sans menstruation (anovulation).
  • Risque de diabète de type 2

Je pense être atteinte de SOPK, que faire ?

Si vous soupçonnez d'être atteinte du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), il est crucial de consulter un médecin pour un diagnostic du SOPK. Le processus de diagnostic du SOPK ne se base pas uniquement sur les symptômes observés ; il nécessite un examen médical complet afin de vous fournir le traitement adéquat, que ce soit un traitement médical ou un traitement naturel. Il est donc important de prendre rendez-vous chez votre médecin traitant qui vous aidera dans ces démarches.

Ressources :

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

mycose-cystite-flore-vaginale-gapianne

10€ OFFERTS sur ta routine personnalisée

Fais ton bilan intime en 3 minutes top chrono ⏳ Réponds à quelques questions et reçois nos conseils et solutions naturelles ainsi qu'un code de 10€

Faire le bilan
L'équipe de Gapianne

Enchantées

Bienvenue sur Gapianne

Nous sommes 4 amies : Jen, Victoire, Anne et Marine. Comme les 34 millions de Françaises, nous avons rencontré différentes problématiques liées à notre intimité. C'est pourquoi nous avons créé Gapianne, une boutique qui propose les meilleures solutions bios, Made in France et non toxiques pour la santé ainsi que des ressources détaillées pour vous accompagner. On fait connaissance ?

Découvrir Gapianne