Connaissance et acceptation de soi

Ce dernier chapitre de la Campagne Pluriel.le.s nous invite à une réflexion sur l’acceptation de nous-mêmes, en tant que femme bien sûr, mais pas que.

À travers les différentes périodes de la vie, au sein de diverses sociétés, après un traumatisme : quel chemin vers l’acceptation de soi ?

C’est le sujet de ce dernier chapitre, qui vous donnera, on l’espère, quelques pistes, pour cheminer vers une relation plus apaisée à vous-mêmes.

 

 

“It took me a while to come at peace, to realize I’m not a sin”

La connaissance de soi : clé de voûte de l'acceptation de soi. 


Au travers de ces témoignages, on comprend (même si on s’en doutait) que naître en Égypte n’implique pas la même chose, surtout pour une femme, que de naître en France ou États-Unis. De même, lorsque l’on a subi des violences sexuelles, dans l’enfance ou plus tard, le chemin vers l’acceptation de soi passe souvent par un travail pour comprendre notre histoire et les événements qui l’ont marquée.

Remember ? "Le savoir c’est le pouvoir", et ça vaut aussi pour la connaissance de soi.

La compréhension de ce qui nous a forgé, empêché ou traumatisé, en tant que femme est une étape essentielle à la connaissance de soi, elle-même essentielle à l’acceptation de soi.

Il n’y a pas forcément besoin d’en passer par des années d’analyse - rassurez-vous - pour se sentir en paix avec soi-même ou avec sa sexualité, mais un détour par la connaissance de soi peut être un bon moyen pour, avec le temps, s’accepter et s’aimer mieux.

Pour mieux connaître son corps, plusieurs pistes s’offrent à vous, comme le mapping de la vulve, en prenant un miroir pour vous regarder, apprendre à se découvrir à travers la masturbation pour mieux connaître ses envies et désirs.

“please just like me, validate me”

 

Connaissance de soi et besoin de validation 

On a tous.tes besoins de sentir aimeé.e.s valorisé.e.s, accepté.es et notamment en tant que femmes, mais à travers ces témoignages, on peut noter que ce besoin peut devenir trop envahissant lorsque l’on remet à l’autre le droit et la capacité de le faire.

Sans verser dans le sempiternel “il faut s’aimer pour pouvoir être aimé”, peut-être qu’un minimum de connaissance de soi peut nous permettre d’être moins dépendant(e) de l’Autre pour nous “valider” - pour reprendre les termes employés - en tant que femme.

On apprend à se connaître tout au long de la vie, nos désirs et nos envies fluctuent, tout comme notre corps, c’est l’affaire de toutes et tous et il est normal de ressentir des moments où nous sommes moins à l’aise dans notre corps.

“It (your body) belongs to your the man you're married”

 

Et le corps dans tout ça ? 

L’extrait choisi est forcément “extrême” par rapport à la situation que connaissent la majorité des femmes en France ou ailleurs, mais, si nous ne sommes pas toutes nées dans un pays où le corps des femmes appartient à leurs maris, dans quelle mesure connaissons-nous notre corps, son anatomie, ses spécificités et nous sentons-nous en possession de notre corps ?

Comme on le rappelait dans l’article “Tout sur masturbation” une étude menée par Eve Appeal en 2016 a révélé que seulement la moitié des femmes de 26-35 ans étaient capables de situer correctement leur vagin. Or l’exploration curieuse et bienveillante de notre corps (n’oubliez pas le guide intime développé avec Mia.co pour vous guider dans cette étape), la découverte de notre plaisir intime à travers la masturbation, sont autant de moyens de renouer avec notre corps, de nous le réapproprier.

“Un des secrets, c'est d’apprendre à l’aimer vraiment

Aimer son corps 

Femme nue à genoux avec de poils qui aime son corps 
Mais c’est quoi aimer son corps ? C’est tout simplement se sentir bien dans sa peau, indépendamment des “diktats”. Avec ses kilos jugés superflus, ses cheveux blancs, ses (premières) rides, bref tout ce qui nous éloigne de l’idéal de beauté d’une société donnée…et qui nous rend uniques.

 

L’aimer vraiment, n’est-ce pas aussi accepter qu’il évolue sans cesse, avec le temps, les événements, les grossesses, la ménopause ?

Qui n’a pas ronchonné devant la multiplication de ses cheveux blancs, la cellulite qu’on a de plus en plus de mal à ne pas laisser prendre racine ? Les premières rides qu’on a vu poindre et pour lesquelles on ne peut plus se mentir en se disant que c'est juste un peu de déshydratation ?

Emma Thompson, dans une récente interview sur le plaisir des femmes, s'exprime clairement sur le sujet : “Je pense que l’une des grandes tragédies de nos vies -des vies des femmes- c’est le temps, l’effort, l’énergie, la passion que nous avons gaspillés à ne pas être capables d’accepter nos propres corps”.

Pourquoi alors ne pas essayer de le chérir, ce corps : ce qui n’implique pas de le façonner pour qu’il paraisse mince, jeune mais d’en prendre SOIN : par une activité physique régulière, un sommeil préservé, l’utilisation de produits de soin adaptés en fonction de notre âge et de nos besoins…

 

Que retenir de cet épisode ? 

  • L’acceptation de soi passe par la connaissance de soi : sans faire 10 ans de psychanalyse, questionner notre passé, nos croyances, sur notre corps, mais aussi sur la notion de féminité telle qu’elle est véhiculée dans notre société, peut nous aider à mieux nous connaître et à “remettre l’église au milieu du village”.

  • Une exploration curieuse et bienveillante de notre propre corps peut être un bon moyen de renouer avec celui-ci, pour mieux se l’approprier. L’exploration de notre plaisir intime peut quant à lui nous permettre de développer un mieux être global et une moindre dépendance vis-à-vis de nos partenaires en matière de plaisir notamment.

  • Prendre conscience que notre corps est unique, tout comme nous, qu’il évolue avec le temps et que nous pouvons en prendre soin : ce qui n’implique pas forcément de dépenser des fortunes dans des crèmes bien marketées mais plutôt de revenir à des fondamentaux sur notre mode de vie, notre alimentation, notre activité physique.

 

Instant philo : Carl Gustav Jung disait que la chose la plus effrayante était de s’accepter complètement… Nous, on pense que c’est ce qui peut nous arriver de mieux !! Et vous ?

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

ça peut vous intéresser...