Protections menstruelles, lesquelles choisir ? Les tampons et les cups

La semaine dernière, nous nous étions concentrées sur la différence entre les serviettes hygiéniques et les culottes menstruelles, toutes deux des protections externes.


Aujourd'hui, nous allons parler des protections internes, à savoir les tampons et les cups.



Les tampons

Qu’est-ce qu’un tampon hygiénique ?

C’est une protection périodique absorbante interne. On l’insère dans le vagin pendant les règles afin d’absorber le sang. Sa protection discrète permet de se baigner durant ses règles. Contrairement à la croyance populaire, les tampons peuvent être utilisés par les femmes de tous âges et il n’y a aucun risque que celui-ci perce l’hymen.

Il existe deux types de tampons : avec applicateurs et sans applicateurs. Le tampon avec applicateur est logé dans un tube en carton ou en plastique pour aider son insertion dans le vagin. Le tampon sans applicateur s’insère directement avec les doigts dans le vagin. Une fois dans le vagin, le tampon se déploie afin de mieux absorber le sang.

Un tampon ne devrait pas se sentir lorsqu’il est inséré, sinon cela veut dire qu’il n’est pas inséré assez loin. Pour le retirer, on tire doucement sur la cordelette pour le faire sortir. On vous précise qu’il n’y a aucun risque que le tampon remonte dans le vagin et que vous ne puissiez plus le récupérer.
Si, dans des cas très rares, la cordelette venait à se rompre, pas de panique ! On peut toujours aller le récupérer ! Et si l'on n’ose pas aller le chercher parce qu’il nous parait trop loin (ou encore si on l’a malencontreusement superposé à un autre tampon), on prend rendez-vous avec un.e professionel.le de la santé, un.e gynécologue ou sage-femme pour nous aider à le retirer.

En cas de douleur ou d’inconfort, c’est que le tampon n’est peut-être pas bien positionné. Si cette douleur persiste, on change de moyen de protection et n’hésitez pas à en parler à un.e professionel.le de la santé, un.e gynécologue ou sage-femme.

Comment choisir son tampon ?

Pour éviter de trouver toute trace de substances chimiques et potentiellement nocives, on vous conseille de choisir des tampons non blanchis au chlore (c’est une pratique courante afin de rendre le coton encore plus blanc) et sans composés de cellulose. Pour éviter ces composants, choisissez des tampons en coton bio.

Il existe différentes tailles de tampons qui correspondent à différents flux adaptés à chacune et chaque moment de son cycle. Il existe trois grandes catégories d’absorption sur le marché :

  • Mini pour les flux légers

  • Normal pour les flux réguliers

  • Super pour les flux abondants


Notre flux menstruel change de jour en jour, il est possible que vous changiez de taille au cours de votre cycle. Si vous hésitez entre deux tailles de tampons, commencez par la plus petite, si vous devez changer le tampon trop souvent, passez à la taille au-dessus. Le flux de nos menstruations peut changer et heureusement, il existe une solution pour chaque flux, du plus petit au plus abondant !

=> Gapianne a sélectionné pour vous les tampons 100% en coton bio et non blanchis au chlore de Jho, ils existent pour tous les flux et avec ou sans applicateurs.

Combien de temps de protection avec un tampon ?

On les change toutes les 4 à 6 heures maximum. Pour le retirer, on se décontracte et on tire doucement sur la cordelette, pensez à utiliser une poubelle plutôt que les toilettes pour éviter de les boucher.

Peut on mettre un tampon la nuit ?

Il n’est pas recommandé de porter une protection interne (tampon ou cup) la nuit, préférez une protection externe comme une culotte menstruelle ou une serviette hygiénique.

Quel est le lien entre un tampon et le Syndrome du Choc Toxique ?

Vous en avez surement déjà entendu parler, mais qu’est-ce que le Syndrome du Choc Toxique ? C’est une infection grave, mais rare provoquée par la bactérie du staphylocoque doré qui peut se développer lorsqu’il y a du sang stagnant. (Retrouvez notre article pour comment savoir si on a un choc toxique ici )Les protections hygiéniques internes (les tampons et la cup) y sont associées, mais c’est aussi le cas des protections externes (serviettes et culottes de règles) bien que les risques soient plus réduits avec ces protections-là.

C’est pour cela qu’il est important de changer régulièrement de protections hygiéniques afin d’avoir une bonne hygiène menstruelle et intime, cela limite beaucoup les risques d’infection.

Les cups, ou coupes menstruelles

Qu’est-ce que c’est une cup ?

La cup a fait beaucoup parler d’elle ces dernières années, c’est une alternative plus écologique aux tampons, car elle est réutilisable. Cette coupe menstruelle recueille le flux menstruel pendant vos règles à l’intérieur de votre vagin.

Comment choisir sa cup ?

Il existe plusieurs tailles, généralement, elles existent en S ou M, cela correspond le plus souvent à si vous avez accouché par voie basse (M) ou non (S). Cela peut aussi se référer à la contenance de la cup pour flux normaux (S) et flux abondants (M), référez vous à la description du produit avant de l’acheter pour trouver ce qui vous correspond le mieux.
Son utilisation est un peu plus complexe qu’un tampon, donc plus difficile à mettre lorsque l’on commence à avoir ses règles. Pour cette raison, nous vous recommandons son usage si vous avez déjà essayé d’autres types de protections périodiques. On les choisit en silicone médical qui est une matière douce et qui ne présente pas de risque d’assèchement de la flore vaginale.

=> Gapianne a sélectionné des cups en silicone médical, toutes très agréables et  faciles à enlever. Ce sont nos coups de cœur, après ce n'est qu'une histoire de goûts !

Comment s’utilise une cup menstruelle ?

On la stérilise avant sa première utilisation et entre chaque cycle, référez vous à la notice de l’utilisation de votre cup. Lorsque vous avez vos règles, il suffit de la rincer avant de la remettre. Lavez-vous bien les mains jusqu’au poignet et vos ongles avant de l’insérer. Cela peut prendre un peu de pratique avant d’arriver à bien l’insérer, alors vous pouvez essayer de la porter pour la première fois en dehors de votre cycle. Suivez les indications sur la notice. Dans la plupart des cas, votre cup est à humidifier et à plier avant son insertion (plusieurs méthodes de pliage existent, en S, en C, etc. référez-vous à votre notice d’utilisation). Pour bien l’insérer, une multitude de possibilités s’offrent à vous : debout, avec une jambe surélevée (sur la baignoire, le lavabo ou bien sur la cuvette des toilettes), les genoux pliés, ou bien accroupie, allongé.e sur votre lit… L’important est de trouver une position confortable pour vous détendre. Insérez vos doigts dans votre vagin afin de bien la positionner, c’est une habitude à prendre. On vous assure qu’une fois que vous avez le coup de main, vous pouvez tout faire avec pendant six heures, nager, escalader, etc. sans vous en soucier !

Peut-on porter une cup menstruelle avec un stérilet ?

Que votre stérilet soit en cuivre ou hormonal, il est déconseillé de porter une cup lorsque vous avez un stérilet. La cup a un effet ventouse dans le vagin et peut déplacer le stérilet qui peut mener à d’éventuelles grossesses non désirées.

Combien de temps peut on garder une cup menstruelle ?

Vous pouvez la garder jusqu’entre 8 et 12 heures, mais nous vous conseillons de la garder 6 heures au plus pour éviter que le sang de votre flux ne stagne trop longtemps, on évite aussi comme ça les inconforts et les débordements.

Comment enlever une cup menstruelle ?

La cup exerce un effet ventouse contre les parois du vagin pour tenir, alors pour l’enlever, on va pincer le fond de la cup afin de la retirer délicatement. Si votre cup a une petite tige, évitez de tirer dessus avant d’avoir pincé le fond de la cup, cela exerce une pression sur votre périnée.

Si vous voulez en savoir plus sur les culottes menstruelles ou les serviettes, alors nous vous invitons à vous rendre sur l'article dédié.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

ça peut vous intéresser...